maquisard_2011_01

Vande, van der Straten et Kevers en 1″6

Pour la deuxième année consécutive, la Montée Historique du Maquisard a été marquée par des conditions climatiques délicates, avec une pluie omniprésente et violente ce dimanche matin, et une météo daignant enfin se montrer plus conciliante après la pause de midi. Il faut néanmoins plus que ces hallebardes pour décourager les inconditionnels du Maquisard, puisque quelque 131 concurrents étaient de la partie ce dimanche matin, les organisateurs de la Royale Ecurie Ardennes se voyant contraints de refuser une trentaine de bolides. Toujours plus fort, en dépit des trombes d’eau, le public envahissait en nombre la célèbre côté de 2340 mètres reliant Marteau à La Reid en matinée, une assistance qui gonflait encore d’un bout à l’autre de l’après-midi, par la grâce d’éclaircies annoncées par les bulletins météo, et qui n’avaient pas voulu manquer – elles non plus – le spectacle offert par les voitures du temps d’avant.
Car lors de la majeure partie de la journée, le mode ‘démo’ était de rigueur, de quoi permettre d’apprécier des machines d’antan aussi exceptionnelles que la Talbot Lago 1935 ou l’Aston Martin Grand Prix 1925 de Robert Eyben, la Gilbern GT 1965 d’Arnaud Vandermeulen, la Volvo P1800 S 1967 de Luc Verhulst, l’APAL Horizon engagée par Bernard Herman, la Chevrolet Corvette 1959 de Daniel Reuter (confiée à Philippe Timperman), ou encore la surprenante Citroën BX 4TC de Denis Fontaine, l’un des 200 exemplaires qui servit à l’homologation de la chevronnée en Groupe B à la fin des années ’80.
Si les figures en tout genre ont été très nombreuses sur un asphalte ‘tendance savonnette’, les incidents ont été assez peu nombreux d’un bout à l’autre de la journée, si l’on excepte la touchette d’une Volvo Amazon, ou encore le tonneau d’une Fiat Uno Turbo ie dont le pilote se tirait heureusement à bon compte. Par contre, et comme le veut la tradition, les travers ont été offerts à la grande louche au public, les rois du pied dans le phare prenant toujours autant de plaisir à titiller la côte menant au monument du Maquisard Inconnu.

Encore Vande, mais…

Les puristes attendaient néanmoins le cap des 16h30 avec impatience, car dès cet instant, seuls les concurrents souhaitant affronter le chronomètre se retrouvaient en action. Et cette année, ils étaient finalement 37 à revendiquer la victoire finale. Une Montée en Or servant à déterminer les 10 plus rapides, amenés à s’affronter lors d’une Super Finale en guise de cerise sur le gâteau. Et une première tendance plaidant en faveur de Bernard Herman (Porsche 911 RS 1974), Tony Kevers (VW Golf II GTI 1984) et Jean-Pierre Van de Wauwer (Lancia Beta Monte-Carlo Gr.4 1975).
Quelques minutes plus tard, la crème du Maquisard 2011 repartait à l’assaut du tracé, sur une piste en voie d’assèchement… mais pas tout à fait sèche cependant ! De quoi condamner un Tony Kevers qui avait pris le pari un peu fou de miser sur des pneus slicks pour cette Super Finale. Un mauvais choix, assurément, qui allait laisser le médaillé d’argent de l’an dernier sur la plus petite marche du podium final en 2011.
Encore moins de réussite pour Bernard Herman, qui cédait à une certaine forme de pression en enclenchant mal le premier rapport sur sa Porsche 911 RS. Résultat : l’envol de la belle allemande aux couleurs de Martini était chaotique, et Herman se privait d’emblée de toute chance de victoire !
Il n’en fallait pas plus à Jean-Pierre Van de Wauwer pour imposer une nouvelle fois une Lancia Beta Monte-Carlo qui excelle lorsque les conditions sont délicates, ce qui gomme son handicap de puissance. Mais l’ami Vande devait néanmoins se battre jusqu’au bout, car dans son sillage immédiat, on retrouvait un… Raphaël van der Straten tout simplement excellent au volant d’une Ford Mustang Gr.2 1967 certes avantagée par son coefficient d’âge, mais dont le pilote a réussi l’exploit de faire passer au sol la puissance diabolique de sa belle américaine.
« Je suis naturellement très content de remporter une nouvelle victoire, mais je tiens à rendre un hommage tout particulier à Raphaël, commentait Van de Wauwer au moment où le verdict final tombait. Personnellement, j’étais au maximum partout, et je sais que ma Lancia tient bien la route. Le chrono réalisé par van der Straten au volant de la Mustang est magistral. Et comme Tony Kevers, 3ème, ne pointe qu’à 1’’6, on peut conclure que ce Maquisard 2011 a été un nouveau grand cru ! »
Derrière un top 3 général qui en a surpris plus d’un, Bernard Cornet a fait virevolter sa VW Coccinelle 1974 à la mécanique de feu de dieu, ce qui lui permettait de remporter la classe SR. Le top 5 final était complété par un François Charneux (BMW 325i 1988) qui est aussi efficace que spectaculaire, ce qui lui permettait de devancer des valeurs sûres comme Bernard Lamy (Volvo Amazon 1966), Réginald Togaert (vainqueur de la Classe 16 au volant de sa Peugeot 205 GTI 1988), Johnny Delhez (Ford Escort RS2000 1976) et André Lausberg (Opel Kadett GT/E 1977). Un palmarès que ne renierait aucune épreuve digne de ce nom.
Si Bernard Bastin imposait sa Peugeot 205 Rallye 1988 en Classe 15, prenant le 25ème rang absolu, on signalera encore que le Prix du Spectacle a été décerné à Maxime Hebrant, sidérant d’aisance au volant de son Opel Manta 1982, ce qui lui permettait de devancer Lionel Junius (BMW M3 1987) et François Charneux (BMW 325i 1988). Quant au titre très envié du Roi de l’Escort, il restait la propriété de la famille Querinjean, Michel l’emportant face à Johnny Delhez et Jonathan Junius.
Le mot de la fin, nous le laisserons à Robert Vandevorst, Président de la Royale Ecurie Ardennes, qui ne pouvait que se féliciter du déroulement de cette 6ème édition d’une Montée Historique du Maquisard qui n’en finit pas de gagner en popularité…
« En jouant à guichets fermés, et en accueillant autant de spectateurs en dépit de conditions climatiques difficiles, nous avons démontré que le concept du Maquisard est de nature à satisfaire un maximum de gens. Le nombre d’engagés à la Montée en Or ne cesse de croître, ce qui nous permettra peut-être un jour de concrétiser le souhait de scinder l’évènement en deux parties, avec la démo le premier jour, et la compétition pure et dure le lendemain. On n’en est cependant pas encore là, et que les inconditionnels de montées sans la moindre prise de temps se rassurent, ils seront toujours prioritaires au Maquisard… »
En un mot comme en cent, rendez-vous à la mi-août 2012 pour une 7ème édition déjà très attendue…
maquisard_2011_04 maquisard_2011_03 maquisard_2011_02
Photos: Jérôme Deskeuvre

Classement final Montée en Or + Super Final

1. Jean-Pierre Van de Wauwer (Lancia Beta Monte-Carlo 1975, 1er Cl.17), 1’26’’933
2. Raphaël van der Straten (Ford Mustang Gr.2 1967, 1er Cl.18), 1’27’’826
3. Tony Kevers (VW Golf II GTI 1984), 1’28’’504
4. Bernard Cornet (VW Cox 1974, 1er Cl. SR), 1’28’’697
5. François Charneux (BMW 325i 1988), 1’29’’447
6. Bernard Lamy (Volvo Amazon 1966), 1’30’’168
7. Réginald Togaert (Peugeot 205 1988, 1er Cl.16), 1’30’’417
8. Johnny Delhez (Ford Escort RS2000 1976), 1’30’’552
9. André Lausberg (Opel Kadett GT/E 1977), 1’30’’699
10. Bernard Herman (Porsche 911 RS 1974), 1’30’’983
11. André Bouillon (BMW M3 1988), 1’31’’573
12. Christophe Depreay (Porsche 911 1976), 1’32’’297
13. François de Spa (Saab 96 1973), 1’33’’074
14. Michel Querinjean (Ford Escort 1976), 1’33’’934
15. Fernand Cormant (Toyota Corolla GT 1984), 1’34’’031
 16. Eric Nandrin (Renault 5 GT Turbo 1985), 1’34’’131
17. Jonathan Cappe (VW Golf I GTI 1978), 1’35’’479
 18. Jean-Marc Joris (Ford Escort RS2000 1978), 1’36’’194
19. Alain Lamberty (Opel Ascona B), 1’36’’241
20. Christian Glaude (Volvo 144 S 1967), 1’37’’270
21. Marcel Laval (Opel Ascona A 1974), 1’37’’784
 22. François Laeremans (Opel Manta 1977), 1’38’’521
23. Michel Closjans (Lotus Elan 1966), 1’38’’909
24. Frédéric Huysmans (BMW 325i 1988), 1’38’’993
25. Bernard Bastin (Peugeot 205 Rallye 1988, 1er Cl.15), 1’39’’089
26. Christophe Ninforge (VW Golf I GTI 1980), 1’40’’668
27. René Marin (Renault 5 GT Turbo 1985), 1’41’’501
28. Glenn Maeschaelk (Citroën AX 1986), 1’43’’273
29. Stéphane Didelot (Opel Ascona 1972), 1’43’’862
30. Guillaume Glaude (Volvo 144 S 1972), 1’44’’918
31. Jean-Marc Ruwet (Renault 5 Alpine Turbo 1984), 1’45’’323
32. Jean-Paul Pirson (Opel Manta B 1982), 1’48”238
33. Laurent Modave (Peugeot 205 1987), 1’49’’049

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>